Trang – Peninsular Botanic Garden

Chaque année, les élèves ont une course d’école d’une journée. Cela ne s’organise pas par classe mais par degré d’études : toutes les classes d’élèves d’age identique partent ensemble. J’avais bien prévu mon coup, vu que je ne suis pas rattachée à une classe en particulier et que je donne des cours aux 20 classes de l’école, j’ai eu libre choix et j’ai pu sélectionner ma course d’école ! J’ai décidé de joindre les classe de M.5. (17 ans, seconde année de gymnase/lycée) qui partaient en voyage à Patthalung. Je me réjouissais de pouvoir être avec des élèves qui arrivent un peu à communiquer en Anglais et comme je les ai depuis déjà 4 ans, ils n’ont pas trop peur de discuter.
J’arrive à l’école à 6h00 du mat, comme prévu … et je rencontre tout le monde sauf les collègues avec qui je devais partir. On m’annonce alors qu’ils sont tous déjà dans le bus en route pour Patthalung. J’ai cru que c’était un gag, mais non ! L’heure de départ a été avancée d’une heure : meeting à 5h du mat … et personne n’a jugé bon de m’informer ! J’adore l’organisation locale !

Je me suis donc retrouvée comme une cruche, plantée à 6h du mat dans la cour de l’école… j’étais super énervée et il y avait des nuées d’élèves qui hurlaient autour de moi : “teacheeeeeeeeeeeeer, cooooooooooooooome with me, teacheeeeeeeeeeeer, pleeeeeeeease !” Ca a pas aidé à adoucir mon humeur !
Au final, j’ai grimpé dans le premier bus venu en désespoir de cause et, à mon grand étonnement, on a eu une journée fantastique !
(et mes collègues qui sont parti comme des voleurs se sont retrouvé pris dans les inondations avant Patthalung, ils n’ont pas pu visiter quoi que ce soit et ont passé la journée dans un centre commercial de Hat Yai! c’est le karma! )

Notre premier arrêt a été le jardin botanique de Trang : The Peninsular Botanic Garden. Je ne m’attendais pas à grand chose car les visites de “parcs nationaux” en Thaïlande sont souvent assez décevantes, les endroits étant généralement peu ou pas entretenus. A ma plus grande surprise, cela n’était définitivement pas le cas ici. Le guide a d’entrée annoncé aux élèves que tout déchet “égaré” en cours de route leur serait facturé 500 baht (somme énorme pour les élèves). Ca a tout de suite donné le ton ! Et ça fonctionne car c’est la première fois que je me ballade sans croiser un seul bout de plastic dans la nature.
Nous avons marché 3 heures en suivant le sentier à travers le parc. Il commence par une forêt assez aérée et pas trop humide puis on marche au-dessus de la forêt tropicale sur un “sky walk” et on termine à travers la mangrove.

 

 

 

 

Il faut y aller de bonne heure le matin, dès l’ouverture, car dès que le soleil cogne, il fait très, très chaud.
Il faut s’armer d’un spray anti-moustique pour ne pas se faire dévorer et il faut surtout une bonne réserve d’eau. Les chaussures de marche ne sont pas nécessaires, je l’ai fait en tongues (mes pieds sont clostro depuis que je vis en Thaïlande, ils ne supportent pas d’être enfermé).
Les élèves n’ont pas l’habitude de marcher car ici on ne se déplace qu’en scooter … même pour faire 20 mètres. Ils ont donc beaucoup souffert mais je n’ai pas trouvé que c’était une marche difficile. C’est une jolie ballade relaxe de 3 heures … en marchant au pas de saucisson et en se faisant doubler par les escargots, bref, en étant en mode vacances.

Après la visite de ce beau jardin, nous nous sommes rendus en ville pour le repas de midi, les élèves ont adoré voir la gare et les trains … la plupart découvraient cela pour la première fois ! Ils ont donc passé leur pose de midi, assis en travers des voies, dans la gare, à se prendre en photos avec les trains !

L’après-midi, nous étions attendu pour une visite de “pum puiy”, l’usine de poissons en boîte. Pu Puiy, en Thaï, signifie grassouillet… c’est sans doute pour démontrer la qualité des poissons contenus dans les boîtes que le nom a été choisi … mais en Anglais, la compagnie vend sous un autre nom : “smiling fish”.
On a commencé par une présentation de la compagnie dans une salle de conférence sombre et climatisée … et après la suée du matin dans la forêt plus la cuite du repas de midi (pas de cuite alcoolisée, ce n’est pas une course d’école suisse  malheureusement) en pleine ville, sans air ni ombre, sous le soleil de plomb, il était fort difficile de se concentrer et d’écouter. J’ai fait une sieste à la place ! J’ai juste retenu que la compagnie exporte énormément, un peu partout en Asie mais aussi en Europe. J’ai quand même demandé à la gentille dame quelle quantité de boîtes de conserve ils produisent quotidiennement … et je me rappelle même plus de la réponse qu’elle m’a donnée… 150’000 boîtes par jour… je crois … mais cette info est à prendre avec des pincettes. C’est juste pour que tu aies une idée de la taille de la chose. Ils importent des maquereaux de tous les pays d’Asie et principalement du Japon, pour les mettre en boîte en Thaïlande et vendre ces boîtes au Japon … ça montre un peu l’illogisme de notre société de consommation ! La chaine de production tourne 24h sur 24. Nous n’avons pas pu entrer dans l’unité de production mais il y avait une galerie vitrée tout autour de la halle et nous avons pu suivre le processus de mise en boîte.

 

Puis est venu le moment tant attendu des élève : la nourriture gratuite ! Ils ont pu goûter un grand nombre de produits différents … et bien évidemment acheter des boîtes à rapporter à la maison.



C’est le ventre bien plein qu’ils sont remonté dans le bus. Comme toutes les courses d’école en Thaïlande (en tous cas dans ma région), la journée n’est pas complète sans un arrêt dans un centre commercial. Nous avons donc trainé nos tongues au Big C local avant de rentrer à la maison.