Cocotte de crevettes et vermicelles de haricot mungo au gingembre et à la sauce soja

On prépare le Goung Ob Woun Sèn (nom Thaï de ce plat, Goung = crevette, ob = cuit au four ou en l’occurence, ici, en cocotte, woun sen = vermicelles de haricot mungo)  par couches successives : une couche de lard, une couche de lamelles de gingembre, une couche de pâte d’herbes, une couche de crevettes et enfin une bonne dose de vermicelles trempés dans un mélange de sauce soja un peu douce. On cuit le tout à feu vif, juste pour que le lard, le gingembre et la sauce soja caramélisent au fond du pot, juste assez longtemps pour que les crevettes soient cuites et les nouilles soient tendres.
C’est HYPER facile et ULTRA vite prêt. Et si tu veux en mettre plein la vue à tes invités, c’est le plat idéal !

(Quand j’ai dit à Nan que je cuisinais cela il a fait la grimace … et au final il a adoré et il a même gratté le fond de la marmite pour récupérer tout ce qu’il pouvait puis il a dit : la prochaine fois, on le prépare avec du crabe ! J’ai beaucoup aimé le “ON”)

Cela fait des plombes que j’ai envie de préparer ce mets délicieux et que je me creuse la tête pour trouver une combine pour le cuire. J’ai cherché sur internet et j’ai bien trouvé des tas de recettes (certaines très étranges même … avec du pesto inside ou alors avec du bouillon au lieu de cette délicieuse sauce douce au soja) mais dès qu’on arrive aux instructions de cuisson, on lit : cuire 10-12 minutes … sauf que c’est pas expliqué dans quoi ou comment on peut cuire ces nouilles.
La manière traditionnelle de les préparer consiste à les cuire dans une cocotte en terre cuite, directement sur le feu d’un barbecue.

De manière plus moderne et plus pratique, ce plat est maintenant cuit soit dans ces fameuses cocottes en terre soit dans une poêle spécialement conçue à cet effet et sur un réchaud à gaz.

Ce qui m’intéressait, c’était de savoir comment je pourrais bien préparer cela sans la cocotte en terre, sans la poêle spéciale et sans le barbecue parce que je ne voulais pas encombrer ma cuisine d’un gadget supplémentaire que je n’utiliserai que pour ce plat. Et que par la même occasion, si je poste la recette sur ce blog, c’est bien pour que tu puisses la réaliser facilement à la maison sans avoir besoin d’un attirail onéreux.

J’ai commencé par sortir une terrine en céramique, celle que tu vois sur la photo, en me disant que c’était le récipient parfait car il se ferme bien. Je l’ai placé sur ma gazière, j’ai allumé le feu … et j’ai commencé à chauffer le tout quand, tout à coup, j’ai eu un doute : est-ce que ce truc résistera à la chaleur ou va-t-il éclater en mille morceaux en cours de cuisson ? Et en réfléchissant bien, je voulais pouvoir te proposer une recette réalisable quel que soit la cuisinière que tu as à la maison. J’imagine bien que tout le monde ne cuisine pas au gaz et que si t’as une plaque (ou même plusieurs) à induction, la terrine en céramique, elle te fait une belle jambe !
J’ai donc sauté sur ma cocotte en pyrex et je me suis dit que j’allais préparer le tout au four. Je transvase tout mon tralala dans la cocotte, je préchauffe le four … et là… le doute ressurgit ! Ce plat est absolument délicieux parce que le dessous qui est composé de lard, d’herbes et de sauce soja caramélise grace de la chaleur de la flamme. Et cela ne risque pas d’arriver dans le four !
A ce stade là, j’étais déjà bien énervée et j’avais mis la cuisine sans dessus dessous – je te dis pas le temps que j’ai passé entre mes 12’000’0000 de pauses photos et tous les essais de sauce pour obtenir le mélange qui déchire – et aucun moyen correct de cuire mon plat.
Je te raconte ça juste pour que tu voies à quel point on se creuse souvent la tête pour des clopinettes parce que j’ai soudain réalisé que j’avais des casseroles avec des couvercles … (ah bon ? vraiment ? bah oui ! Incroyable, elle a des casseroles dans sa cuisine, la nouille !)  et que je pouvais tout aussi bien préparer ces nouilles dedans !
Du coup, c’est tout simple, tu prends une casserole de petit diamètre mais assez profonde et avec un couvercle qui ferme bien. Tu places tous les ingrédients dedans, tu mets cela à feu vif durant 10-12 minutes et c’est prêt !

Les vermicelles de haricot mungo :

 



Généralement, ils se trouvent dans les supermarchés sous forme séchée. Tu peux aussi en trouver des frais dans les épiceries asiatiques. Honnêtement, il n’y a pas une grande différence entre les secs et les frais une fois cuits de cette manière.
Si tu utilises les vermicelles séchés, il faut d’abord les réhydrater. Certains fabricants recommandent de les placer dans l’eau chaude … moi, je dis NON ! L’eau chaude les ramollit trop et si on les laisse un poil trop longtemps, cela devient trop mou et fait une sorte de bouillie.
L’eau froide est beaucoup mieux, cela permet de garder les nouilles un peu plus fermes.
Il faut laisser tremper les vermicelles 10-15 minutes dans l’eau froide de manière à ce qu’elles soient molles.

Sauce soja :
J’ai utilisé un mélange de 3 sauces soja :
– de la sauce soja classique, elle est assez salée
– de la sauce soja sucrée, elle est épaisse et de couleur brun-roux


– de la sauce soja foncée, elle est très noire, épaisse et a un goût de réglisse.


Je trouve que le mélange des 3 donne une bonne balance de goûts mais si tu n’as pas les 3 sortes sous la main, tu peux utiliser :
sauce soja classique + Sauce soja sucrée ou
sauce soja classique + Sauce soja foncée

Liste des ingrédients  pour 2 personnes en plat principal : 

200 gr de vermicelles de haricot mungo frais ou 50 gr de vermicelles séchés
crevettes crues entières, autant que tu veux en manger
3 tranches de lard fumé
3-4 fines tranches de gingembre (coupées dans la longueur)
1/2 oignon
6 racines de coriandre (à défaut, utilise les tiges sans les feuilles)
2 gousses d’ail
1/2 c.c de poivre (poivre blanc pour moi)
1/4 c.c. de sel
1 dl d’eau
Pour la sauce :
2 c.s. de sauce soja
0,5 c.s. de sauce soja sucrée + 0,5 c.s de sauce soja foncée  (ou 1 c.s de l’une ou de l’autre)
1 c.s de sauce d’huîtres
1 c.c. huile de sésame
1 c.c. de sucre de palme ou sucre de canne

Si tu utilises des vermicelles secs, commence par les réhydrater dans de l’eau froide durant 15 minutes.
Coupe l’oignon en fines rondelles.


Dans un mortier, mouds les grains de poivre en poudre fine. Ajoute le sel, l’ail et les racines de coriandre. Réduis le tout en pâte.


Nettoie les crevettes en retirant les intestins.
Mélange tous les ingrédients de la sauce dans un grand bol.
Egoutte les vermicelles et mélange-les à la sauce.

Dans une casserole étroite et profonde, fais revenir les rondelles d’oignon dans 1 c.s. d’huile sans le faire caraméliser. Une fois que les oignons sont mous, ajoute la pâte de coriandre et faire revenir quelques minutes.
Retire les oignons de la casserole et réserve-les. Ne nettoie pas la casserole. Laisse-la refroidir et place les tranches de lard dans le fond (coupe-les si nécessaire).


Ajoute les tranches de gingembre.


Répartis le mélange oignons-coriandre sur le gingembre.


Dépose ensuite les crevettes.


Recouvre le tout des vermicelles et de la sauce soja.


Ferme le couvercle de la casserole.

Fais cuire à feu vif durant 5 minutes pour faire revenir le lard. Surtout ne mélange pas et n’ouvre pas le couvercle.

Après 5 minutes, ajoute 1dl d’eau, referme le couvercle et laisse cuire sans toucher durant 7 minutes de plus.

Après 12 minutes, contrôle la cuisson des vermicelles. Si ils sont tendres, retire du feu et sers sans attendre.

 

 

 

 

Cocotte de crevettes et vermicelles de haricot mungo au gingembre et à la sauce soja

Cocotte de crevettes et vermicelles de haricot mungo au gingembre et à la sauce soja

Ingrédients

  • Liste des ingrédients  pour 2 personnes en plat principal : 
  • 200 gr de vermicelles de haricot mungo frais ou 50 gr de vermicelles séchés
  • crevettes crues entières, autant que tu veux en manger
  • 3 tranches de lard fumé
  • 3-4 fines tranches de gingembre (coupées dans la longueur)
  • 1/2 oignon
  • 6 racines de coriandre (à défaut, utilise les tiges sans les feuilles)
  • 2 gousses d'ail
  • 1/2 c.c de poivre (poivre blanc pour moi)
  • 1/4 c.c. de sel
  • 1 dl d'eau
  • Pour la sauce :
  • 2 c.s. de sauce soja
  • 0,5 c.s. de sauce soja sucrée + 0,5 c.s de sauce soja foncée  (ou 1 c.s de l'une ou de l'autre)
  • 1 c.s de sauce d'huîtres
  • 1 c.c. huile de sésame
  • 1 c.c. de sucre de palme ou sucre de canne

Préparation

  • Si tu utilises des vermicelles secs, commence par les réhydrater dans de l'eau froide durant 15 minutes.
  • Coupe l'oignon en fines rondelles.
  • Dans un mortier, mouds les grains de poivre en poudre fine. Ajoute le sel, l'ail et les racines de coriandre. Réduis le tout en pâte.
  • Nettoie les crevettes en retirant les intestins.
  • Mélange tous les ingrédients de la sauce dans un grand bol.
  • Egoutte les vermicelles et mélange-les à la sauce.
  • Dans une casserole étroite et profonde, fais revenir les rondelles d'oignon dans 1 c.s. d'huile sans le faire caraméliser. Une fois que les oignons sont mous, ajoute la pâte de coriandre et faire revenir quelques minutes.
  • Retire les oignons de la casserole et réserve-les. Ne nettoie pas la casserole. Laisse-la refroidir et place les tranches de lard dans le fond (coupe-les si nécessaire).
  • Ajoute les tranches de gingembre.
  • Répartis le mélange oignons-coriandre sur le gingembre.
  • Dépose ensuite les crevettes.
  • Recouvre le tout des vermicelles et de la sauce soja.
  • Ferme le couvercle de la casserole.
  • Fais cuire à feu vif durant 5 minutes pour faire revenir le lard. Surtout ne mélange pas et n'ouvre pas le couvercle.
  • Après 5 minutes, ajoute 1dl d'eau, referme le couvercle et laisse cuire sans toucher durant 7 minutes de plus.
  • Après 12 minutes, contrôle la cuisson des vermicelles. Si ils sont tendres, retire du feu et sers sans attendre.
  • http://www.aupaysdespiments.com/cocotte-de-crevettes-et-vermicelles-de-haricot-mungo-au-gingembre-et-la-sauce-soja/

    4 commentaires

    1. Patrick Cadour dit

      Je me demandais si tu allais nous sortir une recette impossible ici, car je n’ai jamais vu en France de vermicelles de mungo frais, ouf, parce que me dis qu’ON la ferait bien en Bretagne cette recette, avec du crabe justement, car j’évite les crevettes exotiques quand je suis là bas.

      Comme je n’ai pas la sauce de soja sucrée, je me demande si je vais ajouter une cuiller de sucre, de palme…

      • Kris dit

        Je fais des tas d’efforts pour éviter les recettes impossibles, contente qu’on souligne l’exploit 🙂
        Quelle bonne idée d’éviter les crevettes exotiques, les dernières que j’ai reçues provenaient d’élevage (alors que j’avais bien spécifié que je ne voulais que des crevettes sauvages) et les intestins (ainsi que la tête étrangement) étaient remplis d’un espèce de truc visqueux tout vert… et pas rien qu’un petit peu… c’était carrément dégueux ! J’ai pas pu me résoudre à les manger, je les ai balancées de l’autre côté du mur du jardin pour chats. Ca m’a fait mal au coeur parce que c’était des crevettes géantes mais c’était vraiment immonde. Je n’ai pas trouvé d’info sur le net et je ne demande si c’est la nourriture des élevages ou si c’est un truc pour les faire grossir rapidement ou pire encore … J’imagine que ces crevettes sont nettoyées et décortiquées avant d’être envoyées ni vu ni connu en Europe ! Malheureusement je n’ai pas eu la présence d’esprit de prendre des photos.
        Comment ?? tu n’as ni sauce soja foncée, ni kecap manis, ni sauce soja sucrée ?
        Effectivement, je pense que tu peux t’en sortir en mélangeant sucre de palme et sauce soja mais je verrais plus un truc du genre sirop de sucre+sauce soja, histoire d’avoir cette consistance un peu épaisse et collante qui recouvre les vermicelles. Si tu as le sucre de palme sous forme pâteuse, comme ici, c’est parfait, si tu as celui qui est en palets, prépare un sirop super épais avec.
        Ces nouilles, avec du crabe et / ou des coquillages frais, j’ose même pas imaginer !!!!
        Ils ajoutent souvent quelques feuilles de céleri chinois pour parfumer le tout mais je ne cours pas vraiment après, si tu aimes ça, n’hésites pas à en mettre.
        Ici, on fait une fixette sur ton gravlax de boeuf mais impossible de trouver un morceau de viande correct et si on en commande à Bangkok, c’est par coup de 250 gr ! pas de vrai morceaux pour les vrais gens, seulement des échantillons pour les nains de jardin !

    2. Véronique dit

      Super bon ! Merci de t’être creusé la tête. Du coup j’ai foncé droit sur ma casserole et c’est super de cuire ces p’tits vermicelles que j’adore de cette façon. J’essaierai avec d’autres ingrédients.

      • Kris dit

        Hello Véronique,
        Contente que tu les apprécies autant que moi 😀
        Effectivement, tu peux ajouter tous les ingrédients que tu veux. Cela se fait beaucoup avec du calmar ou du crabe, mais au boeuf, c’est bien aussi.
        J’en ai préparé qu’avec des légumes (et le bacon car c’est ça qui donne du goût) et c’était super délicieux.
        N’hésite pas à partager tes variantes ici, cela peut donner des idées à tout le monde 😀

    Les commentaires sont fermés